L'Orchestre‎ > ‎Galerie‎ > ‎

Saison 2016-2017


Concert Prestige (décembre 2016)

Articles de presse

[ClassicToulouse - 14/12/2016] L’Orchestre de l’Université de Toulouse reçoit Jérôme Pernoo

Salle comble pour les deux concerts de prestige de l’Orchestre de l’Université de Toulouse ! Les 12 et 13 décembre derniers, l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines, sous la direction de Jean-Guy Olive, accueillait cette formation symphonique, constituée essentiellement de musiciens amateurs passionnés. Le soliste invité, quant à lui, était l’un des grands représentants de l’école française de violoncelle, Jérôme Pernoo. Le mariage a parfaitement fonctionné !

Comme cela est rappelé en début de soirée du 13 décembre par les représentants de cette belle formation, l’Orchestre de l’Université de Toulouse rassemble aujourd'hui une centaine de musiciens amateurs. Le partenariat étroit qui le lie avec les Hôpitaux de Toulouse lui offre la possibilité de pouvoir répéter dans les locaux prestigieux et chargés d'histoire que sont l'Hôtel Dieu Saint Jacques ou La Grave. Grâce au travail régulier et acharné de ses membres, la formation propose une saison musicale rythmée par plusieurs temps forts : un programme d'exception en fin d’année, accueilli à Saint-Pierre des Cuisines, comme celui des 12 et 13 décembre, un concert viennois dansant fin janvier pour fêter la nouvelle année et divers événements au printemps jusqu'à la pause estivale.

L'Orchestre de l'Université de Toulouse, dirigé par Jean-Guy Olive - Photo Classictoulouse -
L'Orchestre de l'Université de Toulouse, dirigé par Jean-Guy Olive - Photo Classictoulouse -

Il faut redire ici l’admiration que l’on ressent devant la qualité de l’investissement de chacun de ces musiciens qui pratique cet art de l’ineffable avec passion tout en exerçant un métier. N’oublions pas qu’un amateur n’est autre que celui qui aime ! Ardemment soutenus par leur chef Jean-Guy Olive, un grand professionnel quant à lui, tous les membres de l’OUT parviennent à fondre leurs talents dans une véritable pratique collective de grande qualité.

Le programme « Dvořák » du concert du 13 décembre (comme celui de la veille) s’ouvre sur l’ouverture « Dans la nature » du compositeur tchèque. Cette belle partition de maturité illustre la magie qu’exercent sur tous les compositeurs tchèques « les prés et les bois de Bohème » ainsi que les célébrait cet autre grand musicien que fut Bedřich Smetana. Construit comme une arche, ce poème symphonique semble évoquer l’évolution de cette belle nature du lever du jour jusqu’au coucher du soleil. Dirigé avec précision et enthousiasme par Jean-Guy Olive, l’orchestre manifeste ici une cohésion sans faille, chaque pupitre contribuant avec ferveur au déploiement des couleurs que suscite le texte musical.

Le grand violoncelliste Jérôme Pernoo, soliste du Concerto de Dvořák, avec l'OUT dirigé par Jean-Guy Olive - Photo Classictoulouse -
Le grand violoncelliste Jérôme Pernoo, soliste du Concerto de Dvořák, avec l'OUT dirigé par Jean-Guy Olive - Photo Classictoulouse - 

Après ce beau hors-d’œuvre sonore, le plat de résistance de la soirée n’est autre que l’un des grands concertos romantiques pour violoncelle et orchestre, celui que Dvořák conçut lors de son séjour aux Etats-Unis. Il est possible que la disparition de son amour de jeunesse, devenue sa belle-sœur, lui ait fait modifier la fin de ce concerto, l’un des plus populaires du répertoire. L’invité de marque de ce concert, Jérôme Pernoo, s’empare de cette partition avec une passion impressionnante. Après une belle introduction orchestrale, son entrée en scène, dramatique et d’une irrésistible éloquence, donne le ton de cet Allegro initial, à la fois lyrique et épique. L’extrême sensibilité de l’interprète s’épanouit pleinement dans l’émouvant Adagio ma non troppo, abordé comme une touchante confidence. Le Finale, Allegro moderato, suscite avec vigueur l’héroïsme du propos.

Tout au long de cette exécution, la connivence entre le soliste, l’orchestre et la direction attentive et pleine de vitalité du chef, confère à l’œuvre son unité et sa force. Les musiciens semblent motivés, stimulés par la performance de Jérôme Pernoo. Au point de réaliser d’impeccables interventions solo, que ce soit celles du cor, du hautbois, de la clarinette, de la flûte et de leurs pupitres respectifs. Voici une preuve supplémentaire de l’intérêt de ces rencontres entre musiciens professionnels et musiciens amateurs.

L’enthousiasme du public, comme celui des musiciens, obtient du soliste un double bis puisé dans la Bible de la littérature pour violoncelle seul, les mythiques Suites de Johann Sebastian Bach. Puis c’est à l’orchestre lui-même d’offrir, en supplément de luxe, la Danse Slave n° 8, toujours de Dvořák, pour laquelle Jérôme Pernoo rejoint le pupitre de violoncelles. Une belle leçon d’humilité et de soutien fraternel et musical !

Serge Chauzy

Photos


Concert viennois (janvier 2017)

Articles de presse

[La Dépêche - 26/01/2017] Valses viennoises à la Grande Halle de l'Union
Les valses viennoises l'an dernier avaient affiché salle comble./Photo DDM
Les valses viennoises l'an dernier avaient affiché salle comble./Photo DDM
Le dimanche 29 janvier, l'Orchestre Universitaire de Toulouse (OUT) revient pour la deuxième année consécutive, passer un après-midi à la Grande Halle. Au programme : les valses viennoises.
Premier volet de la saison culturelle de la nouvelle année, ce concert organisé en partenariat par la Mairie, L'Union Festivités et l'OUT vous propose de venir passer une après-midi musicale et dansante. La Grande Halle compte quelque 1500 mètres carrés, dont quelques-uns seront dévolus aux danseurs amateurs, virevoltant autour des tables. L'Union Festivités vous proposera durant cette après-midi de vous restaurer, en vous proposant du thé, du chocolat chaud ou du café, ingrédients essentiels pour accompagner un goûter gourmand. Les musiciens de l'orchestre symphonique joueront du Strauss, du Tchaïkovski, du Waldteufel. Ils donneront de leur temps pour une bonne cause, les bénéfices étant destinés au profit de l'association Hôpital Sourire.
[...]
La Dépêche du Midi

Photos


Carmina Burana (mai 2017)



Comments